• Lire la suite...


    1 commentaire
  • Féeries..Soir et matins guagnais !Féeries..Soir et matins guagnais !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                            

    Je ne me lasse pas de ces panoramas !

    Voilà quelques "échantillons" de ce qui m'enchante tous les jours !

    Croyez bien que c'est une bonne partie de mes "bonheurs quotidiens"!

    Il suffit d'ouvrir les yeux !

    Le matin..Le soir.....Féeries..Soir et matins guagnais !

    Féeries..Soir et matins guagnais !

     

     

    Féeries..Soir et matins guagnais !Féeries..Soir et matins guagnais !


    votre commentaire
  •  Di Sotu Scala..veut dire "sous les escaliers".

    Eh oui, c'est souvent là qu'on déniche les petits trésors des familles. (photos,écrits,vieux ustensiles...)

    Une série qui sûrement va plaire à ceux de notre génération et aux plus âgés d'entre nous!

    Mais il est important de diffuser ces choses qui semblent banales aux plus jeunes..mais un jour, il s'apercevront que ça fait partie aussi, de leur vie à eux!

    *Je suis une "conservatrice" au grand désespoir, je pense..de mes enfants !!

    Mais..j'aime retrouver ces traces du passé,et en farfouillant dans mes petits rabicoins..j'ai trouvé ce texte,écrit par une de mes tantes. Une histoire..(de Tintin Pasqualini ou Noël Rocchiccioli??)

    Amis d'Ajaccio ou d'ailleurs...une réponse? (Je crois Tintin..mais)"

    Di sotu Scala !Di sotu Scala !Di sotu Scala ! 

     

    Papa                                                  Peppu Flori
     
    Un jour mon papa qui était descendu à Ajaccio, a renconté un homme
    avec un grand chapeau..qui l'avait abordé sur le cours Napoléon.
     
    C'était Peppu FLORI poète corse et écrivain en langue Corse.
     
    Ce grand monsieur écrivait un billet dans Nice matin/corsematin
     
    Quelle ne fut pas notre surprise quand un jour..
    Le 31 Mars 1964..en ouvrant le journal...
     
    A LETTARELLA
     
    "Oghje aghju un amicu di più. Un guagnese chi si chiamma Natale Poli,
    u barone (guardia campestra) di a cummuna.
    Ci semu scontri senza circacci e, cumu se no' ci cunisciamu dà sempre ci avemu fattu una discursata in corsu.
     
    Natale à un ritrattu di a nostra bella razza:
    u sgardu francu, a statura dirrita cume un pinu,l'accentu muntagnolu chi face tantu piacè.
    Stacchenducci m'ha dettu a l'usu di prima "si mai colli in Guagnu, entri in casa senza picchià.
    A partesi dà oghje,a me casa fà contu ch'ella sia à toia"
    Quessi so i veri Corsi..
     
    Ci vole a di chi u paese di Guagnu à cume una pipinera di quelli omi chi sempre sempre hanu fatu maraviglia.
     
    Prete Circinellu (Dumenicu Leca) era di Guagnu. Quellu chi dopu a disfatta di Pontenovu,
    un volse sottumettesi e si ne andò per more sei mesi dopu, drentu una grotta di u Fiumôrbo.
    E si parla ch'ellu avia une "Orazione" in manu e una pistola fianchina a latru.
    Di quella "Orazione" ne parlanu anchu avà. Pare ch'ella sia man' di Diu per fà parturisce è donne senza dulori. Quandu a donna sente i primi picchj di u partu, mettenu quella cosa in fondu u lettu e subitu a creatura vene scaccanendu e ingranda prestu incu tutt'e vertù di a razza.
     
    C'è statu ancu u banditu Tiadoru, chi fù tombu di farraghju 1827, dopu avè sbattutu vinti quatru gendarmi..
    Cuessa un n'è micca una gloria..
     
    Guagnu è a l'orlu di a furesta: in faccia a l'intrata maestra di a chiesa, c'è a furesta di u Tritorre,à punta di u Ciarbellu e quella di Libiu: a manu manca c'è a Costa di a Fratta à Quarceta: a dritta un monte d'Ortu, a capella di San Liseu, a côsta di Petrapiana. In dareddu avemu a Bocca di u Manganellu, trà a Mandria e a Serra Bianca.
     
    Poghi anni fà, c'era in Guagnu piu di cinquanta mila castagni. Avà ne manca parrechj chi u sigone s'è affacatu ancu qui.
     
    Caru Natale, ti digu a unu di stu ghjorni. Statti sanu e alliscia e pitina a to bella barba chi vale una munarca. Grazia ad'ella t'aghju cunisciutu e ti tengu caru."
     
    Peppu FLORI
     
     
     
    "Aujourd'hui j'ai un ami de plus. Un guagnais qui s'appelle Noël Poli, le garde champêtre de la commune. Nous nous sommes rencontrés sans nous chercher et comme si nous nous connaissions depuis toujours, nous "nous sommes fait une petite discussion en corse"
    Noël est un "pur produit" de notre belle "race": le regard franc, la stature droite comme un pin, l'accent de la montagne comme nous l'aimons.
     
    En nous séparant, comme le voulaient les usages d'avant, il m'a dit "si jamais tu montes à Guagno, entre à la maison sans frapper. A partir d'aujourd'hui, fait en sorte que ma maison soit la tienne".
    Ces gens là sont les vrais corses
    Il faut dire que le village de Guagno est une pépinière de ces hommes qui font merveille.
    Le curé Circinellu,(Dominique Leca) était de Guagno.
    Celui qui, après la défaite de Ponte novo, ne voulut pas se soumettre et parti mourir, six mois après , dans une grotte du Fiumorbo. Et on dit qu'il avait, dans une main un crucifix (orazione est une prière) et dans l'autre un pistolet.
    De cette prière on en parle encore maintenant.
    Ce serait la main de Dieu qui aide à faire accoucher sans douleur.
    Quand une femme ressent les premières douleurs, ils mettent cette "choses" au fond du lit et l'enfant nait tout de suite en riant et il grandit vite avec toutes les vertus de la "race".
    Il y eut aussi le bandit Théodore qui fut tué en février 1827,
    après avoir tué vingt quatre gendarmes.Mais la ce n'est pas une "gloire".
     
    Guagno est au milieu d'une forêt. En face de la grande entrée de l'église se trouve la forêt du Tritore, la pointe du Ciarbellu et celle de Libiu. Du côté de la main droite il y a la côte di a Fratta à Quarceta: a droite les monts d'Orto, la chapelle de Saint Elisée, et Petrapiana. Derrière nous avons le col de Manganellu, entre la Mandria e la Serra Bianca. 
    Il y a quelques années il y avait plus de cinquante mille châtaigners.
    Maintenant il en manque beaucoup. La scie est passée ici aussi.
     
    Cher Noël, je te dis à un de ces jours.Reste droit (sain).
    Lisse et peigne ta belle barbe qui vaut de l'or.
    C'est grace à elle que nous nous sommes connus et je t'aime." 
    Peppu Flori

     

    La traduction n'est peut être pas la plus parfaite, mais je n'ai jamais appris à écrire le Corse ni à le lire..car elle était transmise oralement..(Les textes et les noms étaient généralement écrit en italien et c'est pour ça que Peppu Flori écrit "Fiumorbo"...)Les générations qui ont suivi a appris à écrire cette langue à l'école.
    Alors que l'on me pardonne les imperfections !

    Di sotu Scala !

    Peppu Flori a joint un petit mot pour papa
    "E purru surtita a lettarella che avià fattu per tè."

     

     

    Alora!e cuesu

     di Tintin Pasqualini o no ?

    Di sotu Scala !

    Di sotu Scala !


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



     

     

     

     

    *Bellu scritu di Maistrale..

    *"Guagnu e un paese di muntagna duve c'è 1096 abitanti". (1931)
    *"In Guagnu c'è stomacu,ma cè ancu intelligent"
    *"Guagnu face cantone di Soccia,ma tra Soccia è Guagnu,fate contu di di vede a notte e u jornu "
    *"Guagnu pare fratellu di Marignana: c'è sumiglia di manera di parlatu e listessu ceppu di pistole"
    *"si parla chi l'abbate dicia sempre; è litanie so belle e bone,ma ne manca una; beati guagnesi,liberamus Domine !"
       Nota bene ===>Avà si sà d'a induve vene u nostru bellu carataru !Ah Ah Ah !

    Di sotu Scala !Papa et Peppu Flori

    Di sotu Scala !Papa et Peppu Flori


    *A lettarella a été écrite par Peppu Flori,à propos de mon papa,après qu'ils se soient croisés sur le cours Napoléon 

     

     


    votre commentaire
  • Des Visages..

    On voudrait bien revenir en arrière,

    tant beaucoup de ces visages qui nous sont familiers, nous manquent !
    quelques étoiles dans mes yeux - Montage Vidéo Kizoa


    votre commentaire
  • Samedi Prochain à Guagnu

    On chante avec le groupe

                  SIROCKO

                 à la Paillote

               "Chi Bella Vita   

    Soirée chansons


    votre commentaire
  • U me Paese. Guagnu Ah mon Village..!!

    quand j'étais sur le continent..je pleurais toutes les larmes de mon corps..

    venir une fois par an était long ..long... Longggg..!!!

    apres avoir vécu  22 ans à Ajaccio..je réside maintenant dans mon village..

    chaque jour est un petit bonheur à mon cœur alors..voilà mon village

    .....Et plutôt qu'une photo, voici une peinture d'une amoureuse de nos montagnes..Virginie Trabaud.

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique