• Une belle Histoire !

     

    Un Mariage de deux êtres qui s'aiment !

    ..En toute simplicité

    ...Mariage de Muriel BASILE et Cynthia MALIZIA

    Ajaccio, samedi 8 août 2015, 16 h 30.

     

    Allocution de Paul Antoine Luciani,                                                                                 conseiller municipal, officier d’Etat-civil

     

    Chères mariées,

    Comme officier d’Etat–civil, cest la première fois que je procède au mariage d’un couple de même sexe, en application de la loi du 18 mai 2013. Une loi qui fonde cette union « sur les principes d’égalité et de partage des libertés »selon la définition qu’a donnée   la Garde des Sceaux, Christiane Taubira.

     C’est donc pour moi une nouveauté administrative, mais c’est surtout un plaisir. Un plaisir, bien sûr, parce que j’ai été choisi par les futures mariées, et par ma camarade, mon amie Marthe, la maman de Muriel et aussi désormais, d’une certaine façon, celle de Cynthia.  

    Un plaisir également, parce que cette union est une victoire de la liberté. Le climat de guerre de religion qui a précédé le vote de la loi s’est dissipé. Le calme est revenu dans les esprits et la différence est progressivement admise. 

    La démonstration est faite que, lorsqu’elle correspond à une attente profonde et légitime, la loi libère et protège. Elle protège les faibles et libère tous les citoyens, même ceux qui la refusaient parce qu’ils étaient eux-mêmes prisonniers de leurs préjugés. 

    La cérémonie d’aujourd’hui témoigne de ces évolutions positives. Mais rien n’est jamais acquis définitivement qui n’a pas subi l’épreuve du temps, de l’expérience,  et de l’histoire,  laquelle continue et ne peut s’écrire par avance.

    On peut dire, en tous cas, s’agissant de l’Histoire de Cynthia et Muriel (une Histoire avec un grand H comme l’écrit Marthe), que leur désir de mariage s’est manifesté très tôt, après six mois de vie commune, mais qu’il a  fallu six ans pour son accomplissement. Il aura fallu, en réalité, la force de la loi.

    Un détail intéressant : c’est à l’Université de Corte, où elles  faisaient leurs études dans la même filière, que la rencontre s’est faite entre nos deux mariées d’aujourd’hui. En définitive, c’est le programme Erasmus qui aura facilité la rencontre, statistiquement improbable, entre une jeune Corse née à Nevers et une jeune Canadienne née à  Montréal. 

            Les programmes européens ne sont pas des  agences matrimoniales, mais on sait, et on le constate, qu’ils peuvent aussi en tenir lieu. Et ce n’est pas leur moindre mérite. Car nous pouvons y voir l’illustration concrète d’une réalité humaine qui transcende les oppositions et les repliements  nationalistes. Il tient en une courte phrase : l’amour est plus fort que les frontières ! 

    Je voudrais saluer, ici, Paul et Lina, les parents de Cynthia, qui ont fait le voyage de la tendresse depuis Montréal. Malgré la différence de climat et de décor, ils se sentiront bien, je crois, dans une île méditerranéenne qui leur rappellera sans doute leurs propres racines.Puisque leurs parents, c’est-à-dire les grands parents de Cynthia, sont originaires de Molise, une petite région italienne que je n’ai pas encore visitée mais dont je sais qu’elle jouit d’une façade maritime sur l’Adriatique et d’un territoire montagneux dans la chaîne des Apennins,au sein du Parc National des Abruzzes, Latium et Molise. Des atoutsqui la rapprochent un peu de la Corse et, donc, de Guagno ! Une autre île nous rapproche aussi,   la Sicile, notre  cousine latine, et Monréale, dont les sonorités, elles, évoquent le Canada. 

    Je salue, naturellement, Gérard, le papa de Muriel qui, accompagné d’Annie son épouse, ont fait le déplacement depuis « Les Chamignons » ; un lieu dont le nom est agréable à prononcer, et qui semble destiné à la séduction et à l’accueil de l’autre. 

     J’adresse un salut fraternel, un peu particulier, chacun le comprendra, à ma grande camarade Marthe, (elle a siégé sept ans, avec moi, au conseil municipal d’Ajaccio) et à tous ses enfants et petits-enfants.

    Car Muriel appartient à une belle tribu qui a reçu une belle éducation : Noëlle, son mari Patrick, et leurs trois enfants, Anthony, Julie et Elisa. Un seul garçon dans cette fratrie, Stéphane, et sa compagne Agathe.  J’ai connu Stéphane enfant et je le vois aujourd’hui en homme  accompli.  Je connais un peu mieux Nathalie (et aussi Marc qu’on appelle Victor sans doute parce qu’il a réussi à conquérir son cœur !) ;  car j’ai vu Nathalie à l’œuvre dans les services municipaux, elle a su y faire apprécier ses compétences et sa disponibilité. 

    Mais je ne saurais oublier un autre personnage dont le rôle aujourd’hui est essentiel, je veux parler de Marie-Ange qui, avec Nathalie, donne à cette cérémonie toute sa valeur affective et juridique.

    Tous les membres de la belle tribu de Marthe sont déjà porteurs d’une identité forte et plurielle grâce à la fusion de tous ces apports, de la Bourgogne à la Corse, de Nevers à Guagno. Et cette identité va encore s’enrichir  et se renforcer grâce à l’union de Muriel et Cynthia.

     Leur mariage, en effet, est quelque chose de plus grand qu’un acte administratif. C’est, bien sûr, un choix d’amour entre deux êtres, mais c’est aussi le rapprochement plein d’avenir entre deux familles, deux mémoires, deux histoires.  

          Muriel et Cynthia, unies par leur consentement et par la loi, entament, aujourd’hui, une nouvelle phase de leurs histoires personnelles et de leur histoire commune. Elles sauront, j’en suis sûr, en faire un récit, un récit qu’elles pourront transmettre à leurs familleset à leurs proches. 

     Erri De Luca, le grand Napolitain, se définit lui-même dans son dernier roman, comme un homme « qui écrit des histoires »

    Iajoute, je le cite : « Notre espèce humaine a besoin d’histoires pour accompagner le temps et pour en garder un peu »

         Je souhaite simplement à Cynthia et à Muriel de garder, pour elles et pour leurs proches, non pas un peu, mais beaucoup de la belle histoire qui est déjà la leur aujourd’hui.

     Soyez heureuses toujours, chères mariées, et sachez partager avec ceux qui vous entourent le grand  bonheur qui vous a réunies

                                                                                             P. A. L.

     

     

     

    « L'innamurati !Guagnu.Sous la neige ! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :